Agni tiêh (bonne entente)

Bienvenue sur mon blog

  • Mes albums récents

    • Album : Richesse de chez nous
      <b>abidjan441970fy74.jpg</b> <br />
  • août 2019
    L Ma Me J V S D
    « fév    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Auteur

    dyhies

  • Méta

  • Pages

  • Catégories

C.O.M.U.C.I : Lundi, le 11 Février 2013

Coalition des Mouvements

Universitaires de Côte d’Ivoire

 

Lettre ouverte à: S.E.M. Alassane OUATTARA, CHEF DE L’ETAT de Côte d’Ivoire

 

Monsieur le CHEF DE L’ETAT,

La Coalition des Mouvements Universitaires de Côte d’Ivoire (COMUCI), a la profonde douleur de vous annoncer les décès de trois étudiants, morts écrasés par l’autobus au″ quai″ de bus, situé sur la chaussée, en face du Centre Hospitalier et Universitaire de Cocody (CHU) et de vous signaler par ailleurs, d’un cas d’invalidité d’un étudiant amputé après avoir eu la jambe broyée par le bus sur ce même site d’embarquement. C’est avec l’âme en peine et le cœur meurtri que la COMUCI vous exprime sa profonde douleur et vous fait part de toute son indignation face à ces pertes en vie humaine et à ces mutilations que l’on aurait pu éviter. En effet, la COMUCI a maintes fois tiré la sonnette d’alarme sur un certain nombre de problèmes inhérents à la situation des étudiants que nous sommes. Dressant le tableau de ces problèmes en deux catégories, la COMUCI a énuméré des problèmes académiques et des problèmes liés aux conditions socio-universitaires. Au titre des conditions socio-universitaires, la COMUCI a demandé un quai sécurisé pour les étudiants, qui depuis la délocalisation de l’ancien quai, s’attroupent et se bousculent dangereusement en pleine chaussée pour accéder aux autobus afin de regagner leurs domiciles respectifs.

 

Malheureusement, toutes ces requêtes étant restées lettres mortes, aujourd’hui nous vivons de plein fouet tous ces drames, par la négligence et l’inconséquence de nos autorités. C’est pourquoi par la présente et afin d’éviter une récurrence des drames aussi lourds de conséquences et afin d’assurer et de garantir une sécurité totale aux étudiants, la COMUCI demande un quai sécurisé pour le transport des étudiants. Ce qui suppose un quai muni d’abribus et dont l’aménagement et l’aération permettent aisément les manœuvres des autobus qui sont des véhicules lourds, donc requérant certaines dispositions pour une conduite sécurisée. Par ailleurs, Monsieur le Président de la République, la COMUCI saisit l’occasion de ce faire-part, pour vous réitérer ces attentes et vous exposer à nouveau les problèmes qui depuis l’entament du départ nouveau assaillent vos chers étudiants. Comme susmentionné, il s’agit de problèmes académiques et de problèmes socio-universitaires. Plus précisément, ils se déclinent comme suit:

 Problèmes académiques :

 

-le manque de salles: La COMUCI déplore amèrement le fait que les Universités, qui ont bénéficié de tous vos égards, Excellence Monsieur le Président Alassane Ouattara et dont pour la réhabilitation et la reconstruction vous avez consenti l’énorme dépense de plus 110 milliards de nos francs, n’ait pu accroître exponentiellement leur capacité d’accueil. Marquant et rappelant le déficit criard de salles, qui ne devrait plus se poser de nos jours après deux années de fermeture. Nous reléguant même aux déboires d’antan, c’est-à-dire, des cours en plein air, dans les gazons, dans les escaliers et dans bien de conditions ô combien scabreuses et inappropriées pour tout apprentissage.

 

-le Manque de Matériels didactiques: Il a été démontré que dans son application, le LMD exige une plus grande implication de l’apprenant dans sa formation à travers une recherche documentaire permanente et une bonne pratique de l’outil informatique. Malheureusement jusqu’à ce jour, six (6) mois après l’ouverture des universités, aucune bibliothèque n’est fonctionnelle, à commencer par celles des départements avant d’en arriver aux bibliothèques centrales des universités. Pour ce qui est de l’acquisition de l’outil informatique par les étudiants, un équipement de salles informatiques avait été annoncé, de même qu’un ensemble de mesures d’accompagnement pour des acquisitions personnelles de micro-ordinateurs. Aujourd’hui, c’est avec beaucoup de stupeur que nous restons sans voix et toujours sans réels matériels didactiques.

De plus, Excellence Monsieur le Président les salles spécialisées (Laboratoires, salles informatiques, etc.) des Unités de Formation et de Recherches de Pharmacie, d’Odontostomatologie, de Médecine, des Biosciences, de la Science de la Structure de la Matière et de la Terre, des Mathématiques et de l’Informatique, de la Science des Technologies des Aliments, de la Science de la Nature et de l’Environnement et de la Science de la Gestion de l’Eau attendent toujours les équipements pour les travaux pratiques des étudiants de Master 1 et 2 et les activités de recherches des doctorants. Par conséquent, ce manque d’équipement pourrait empêcher la validation de l’année académique dans ces différentes Unités de Formation et de Recherches.

 

-les conditions d’inscription: après l’abattement de 70% exercé par le gouvernement sur le montant des frais d’inscription (rien que pour 3ans), plusieurs questions restent encore en suspens, car aucune mesure d’accompagnement n’a été prise.

 

 Problèmes socio-universitaires

Ce chapitre dresse le tableau des besoins nécessaires à l’épanouissement socio-académiques des étudiants qui ne demandent qu’à vivre et à travailler dans un environnement favorisant les conditions d’un apprentissage efficient.

-les bourses et aides : Monsieur le Président jusqu’à présent La COMUCI fait remarquer que les arriérés de bourses et d’aides financières de 2008-2009 et 2009-2010, restent à ce jour impayées pour les universités Félix HOUPHOUET-BOIGNY et Nangui ABROGOUA. Face à l’augmentation des frais d’inscription, il serait opportun que des mesures d’accompagnement suivent.

-Santé : La seule infirmerie qui a la lourde tâche de s’occuper de plus de 60 000 étudiants demeure encore fermée.

-les indemnités de stages en Sciences de santé (communément appelé Mockey): la COMUCI demande le paiement intégral des indemnités de stage des étudiants en Sciences de Santé qui en plus d’avoir effectués les stages dans les conditions ténébreuses et ô combien difficultueuses de la crise post-électorale, s’en servent également pour effectuer ces stages dans de bonnes conditions et assurer leur admissibilité aux années suivantes.

-Quai de bus sécurisé: pour la sécurité et la protection de la vie des étudiants, c’est-à-dire de la future élite, la COMUCI demande un quai sécurisé pour l’accès aux autobus. En effet, avec la disparition tragique de nos condisciples, le tribut est déjà fort cher payé! Nous ne voulons plus de morts ou de blessés à nos gares de bus ! C’est pourquoi un quai sécurisé avec des abribus, protégeant les étudiants des intempéries et de l’ardeur du soleil, s’avère être un impératif. Aujourd’hui, les étudiants se bousculent et s’entassent en pleine chaussée sur la voie en face du CHU de Cocody et aussi du côté de l’entrée principale de l’École Nationale de Police, qui n’est pas aménagée pour accueillir un grand monde et surtout pour les manœuvres de véhicules lourds et longs comme les mini-autobus et les bus articulés de la Société des Transports Abidjanais (SOTRA).

-Manque de pistes d’accès pour handicapés: tout porte à croire que tout a été fait sans tenir compte des étudiants dans leur ensemble et particulièrement des étudiants handicapés qui sont eux aussi pensionnaires des lieux.

En effet, l’accès est aujourd’hui difficile pour l’étudiant handicapé. Les pistes ou passages pour handicapés n’existent pas.

-Manque de Point d’eau et d’espace d’alimentation: la COMUCI note qu’il n’existe sur le campus aucun point d’eau où les étudiants pourraient s’abreuver et se rafraîchir, enfin d’éviter des problèmes de santé ou encore de frôler l’insolation par ces temps de torride chaleur. Elle note une conséquence immédiate qui est celle de la recrudescence de l’insalubrité. Vous pouvez constater de nombreux dépôts d’immondices (sachet plastique, papier journal, etc.) aux différentes entrées de l’université du fait de l’anarchie générée par les commerces précaires et improvisés.

Cependant, la COMUCI se réjouit, en partie, de la réouverture du restaurant universitaire quoiqu’il faille accroitre davantage sa capacité de production (6000 repas/jour actuellement qui passerait bientôt à 12000/jour) de sorte à permettre l’accès à un plus grand un nombre d’étudiants. Par ailleurs, Monsieur le Président, la COMUCI voudrait attirer votre attention sur la très longue file attente (une heure voire deux heures) infligée aux étudiants pour prendre leur repas. En effet, l’instant du repas qui devait être un moment d’enthousiasme et de convivialité est pour l’heure une corvée et un moment d’intense stress. Vivement qu’une solution soit trouvée dans les plus brefs délais. De ce fait, la COMUCI suggère la réhabilitation de la seconde partie du restaurant et l’ouverture de restaurants annexes.

 

-La réouverture des résidences universitaires: Les conditions sociales des étudiants n’ayant pas vraiment changées en deux ans de pause en plus du lourd investissement, la réouverture des résidences universitaires dont on connaît la liste des pensionnaires s’avère cruciale. Effectivement, elle constitue pour les étudiants un véritable havre d’études, facilitant l’accès aux amphithéâtres et leur assurant un environnement studieux et sécurisé. Jusqu’ici aucune résidence universitaire n’est ouverte et celle dont on annonce l’ouverture prochaine, c’est-à-dire, la cité universitaire de Cocody ne saurait répondre à la forte demande; compte tenu du fait que les autres résidences, notamment celles de Port-Bouët, d’Abobo, de la Riviera, d’Adjamé 220lgts, de Vridi, de la cité rouge à Cocody, de Williamsville restent encore militairement occupées pour certaines et tout simplement abandonnées et en délabrement avancé pour d’autres.

Dans l’espoir d’une bonne réception de notre faire-part, nous vos chers étudiants tout en adoptant un comportement nouveau pour le départ nouveau dans nos universités, et surtout en vous invitant à visiter les lieux afin de prendre le pouls de la réalité de ces universités réhabilités, six (6) mois après la rentrée solennelle que vous avez présidée, daignez recevoir, Monsieur le CHEF DE L’ETAT, l’expression de nos hommages révérencieux.

 

Le porte-parole:

Serges NANDOCRISE A L'UNIVERSITE - CÔTE D'IVOIRE: LA COALITION DES MOUVEMENTS UNIVERSITAIRES INTERPELLENT OUATTARA gouvernement-visite-universites-1-

05 97 09 00 / 03 62 6332

Pour la C.O.M.U.C.I

Le Comité Central

Source: http://www.ivoirebusiness.net/?q=articles/crise-luniversite-c%C3%B4te-divoire-la-coalition-des-mouvements-universitaires-interpellent

28
jan 2013
Posté dans Non classé par dyhies à 4:59 | 2 réponses »

PROPRIETE DISTRIBUTIONNELLE 2012 ok

Determination nominale 2012

clsl_vol5_no1_2011

fichier pdf AFRICAN STUDENTS’ JOURNAL 2011

Il est difficile de faire sa propre présentation. D’ordinaire cette tâche incombe plutôt aux autres. En agni tout comme dans les autres langues africaines (ou du moins celles que je sais), vous n’entendrez jamais « je m’appelle » parce qu’en réalité, je n’ai pas besoin de me nommer ou me distinguer des autres… bref !

 

 J’aurai donc bien voulu vous dire « on m’appelle…, et vous n’aurez pas compris grand-chose ».

 Autobiographie assanvo-dyhie

Nombreux seraient les grammairiens du français à me contredire. Je souffre à l’idée de courber mes cheveux crépus au grand désarroi de la langue de mes ancêtres pour dire « Je m’appelle » ASSANVO Amoikon Dyhié.

 

 Lorsque j’étais à l’école primaire, je ne comprenais pas pourquoi mes parents avaient jugé bon de ne pas me donner de prénoms français comme les autres élèves de ma classe. Je souffrais tant de cette absence de prénoms.

 

Mais, quand tu es né dyhié « Prince », nul besoin d’autres prénoms pour corrompre cette harmonie que forme Amoikon Dyhié. (rire)

 

 

Depuis septembre 2011, ASSANVO Amoikon Dyhié est Enseignant-Chercheur de l’université Félix Houphouët-Boigny, Département des Sciences du Langage. A ce jour, il a à son actif cinq (05) publications téléchargeables gratuitement:

 

« Détermination nominale de l’agni, langue kwa de Cote d’Ivoire ». Universitatea din Pitesti facultatea de litere centrul de Limbi Străine Logos,Editura Universităţii din Pitesti, Studii de gramatică contrastivăr, n°18, pp7-21, 2012.

 

« Propriétés distributionnelle et fonctionnelle de l’item [kɛ̀] en agni », Résolang, Littérature, linguistique & didactique, N°8, Pages.29-38, 2012. URL:<http http://sites.univ-lyon2.fr/resolang/no08.php>.

 

Syntaxe de l’agni indénié. Sarrebruck Allemagne, Editions Universitaires Européennes, 2012, 343p.

 

« Les marques d’accord de l’agni Indénié, langue Kwa de Côte d’Ivoire », Communication, Lettres et Sciences du langage. Vol.5 N°1, Aout 2011. URL:<http://pages.usherbrooke.ca/clsl/vol5no1/ASSANVO_vol5_no1_2011.html>

 

« Les traits sémantiques de l’agni Indénié, langue Kwa de Côte d’Ivoire », The African Students’Journal, Mars 2011, N°1. URL:<http://fr.scribd.com/doc/49784524/THE-AFRICAN-STUDENTS-JOURNAL-NO-1>

Merci de me laisser vos critiques.

Très cordialement,

26
déc 2012
Posté dans Non classé par dyhies à 3:35 | Pas de réponses »

D’entrer de jeu, je tire mon chapeau à Moov ci pour ses innovations technologiques. Sans vouloir contredire les informations données dans votre publication, je me demande comment Moov a-t-il fait pour avoir 19.000.000 d’abonnés sur une population estimée à 21 952 093 habitants en 2012, selon l’Institut National de Statistique, soit environ 20.000.000. Bref…

 La réelle motivation de mon intervention n’est pas la contradiction de votre commentaire, mais celle de la confrontation des prix annoncés par Moov à MTN.

 

 TABLEAU DE COMPARAISON

 MTN

 V3000 SEMAINE:1GO/5.000F;

 V3000 MOIS:5GO/19.000F;

 V3000 NIGHT:5GO/10.000F

 V3000 PREMIUM:50GO/39.000F

http://mtn.ci/MTNCI/internet-16-22-38.html

 

 MOOV

 HEBDO:35OMO/2500F;

 PLUS:1GO/5500F;

 MAXI:5GO/20000;

 PREMIUM:10GO/30000F

http://www.moov.com/moov/description_moov3g.php)

 

 Une simple analyse du consommateur ‘lambda’ lui permet de savoir que les prix annoncés en grande pompe en cette fin d’année par l’opérateur Moov pour la 3.75G ne sont pas attractifs, voire exorbitants. Moov ci aurait dû mieux faire en pensant au grand nombre, c’est-à-dire aux élèves/étudiants; et en rendant ses prix encore plus compétitifs:

 

 MTN

 V3000 SEMAINE:1GO/5.000F;

 V3000 MOIS:5GO/19.000F;

 V3000 NIGHT:5GO/10.000F

 V3000 PREMIUM:50GO/39.000F

 

 MOOV

 HEBDO:1GO/2.500F;

 PLUS:5GO/6.000F;

 MAXI:10GO/10.000;

 PREMIUM:50GO/25.000F

Moov ci 3.75G 3g1


Dire que le mal incombe aux formateurs, c’est leurs mauvais procès ou faire preuve de mauvaise foi. En réalité, depuis 10 ans, l’ivoirien lambda a été habitué à la violence , au gain facile, à la tricherie pour atteinte son objectif. Cette manière de raisonner a malheureusement déteint sur l’élève. Je me justifie. Lorsqu’un élève va à l’examen, son premier réflexe n’est plus comment faire pour réussir à son examen; mais c’est comment faire pour tricher. Le comble, c’est que certains parents soutiennent leurs progénitures dans ce forfait.

 

Ce même constat est apparent lors des concours. Je ne vous dirai certainement rien en vous demandant de jeter un regard sur le déroulement des concours. Allez dans nos administrations publiques pour voir comme fonctionnent-elles. Quand on se rend à la marie, à la justice ou dans toutes autres collectivités administratives pour se faire établir des documents, il faut passer par des moyens peu légaux (corrompre), si l’on a à coeur de rentrer en possession dudit document. Aujourd’hui, le mal est partout. Ce qu’il faut faire, c’est amener chacun à bien faire son travail et attendre la fin du mois pour percevoir son salaire. Il amener chaque citoyen à l’esprit de travail, tout en baissant le vol et la tricherie.

 

Je ne rejette pas totalement l’idée selon laquelle des enseignants sont en partie responsables de l’échec des élèves. Mais quand un élève, au lieu de se mettre au travail une fois à la maison passe son temps à échanger des SMS avec ses camarades ou passe son temps devant la télévision, dans les cyber-cafés, etc. sans que les parent ne bronchent, je pense qu’il est maladroit d’accuser les enseignants.

 

Il n’est pas exclu de regarder du côté des écoles fréquentées par nos élèves. Entre nous, dites-moi, quelle formation de qualité un enseignant rémunéré à 800FCFA/Heure voire 500FCFA/Heure puisse donner à un élève? Quelle formation de qualité un enseignant qui n’est rémunéré que de Septembre à décembre sur toute l’année scolaire puisse donner à un élève? J’ai entendu des enseignants dire: « petit argent = petit papier »…

 

Il est grand temps pour les acteur du système éducatif de réfléchir pour trouver des solutions durables afin d »éviter de sacrifier davantage nos élèves.

Statut de la Marie, Mère de Jésus Christ

Pourquoi ne pas prier DIEU par l’intermédiaire de Jésus Christ? Car en vérité, comme pouvait dire Paul: « Il n’y a de salut en aucun autre parmi les hommes (ni sur la terre ni dans les cieux) par qui le nom ait été donné pour le salut de l’humanité ». Actes 4:12

A moins que ma Bible soit incomplète ou fausse, il n’est nullement pas question d’une quelconque montée au ciel (comme le prophète Eli) de Marie, mère de Jésus, dans le nouveau Testament. Le nom de Marie n’est d’ailleurs évoqué substantiellement (après la crucifixion de Jésus) que le jour de la descente du Saint Esprit sur les 120 dans la chambre haute (Lire Actes de Apôtre chapitre 2). Si d’aucuns traitent Marie de très sainte, comment devons-nous considérer DIEU le créateur? Prêchez le vrai évangile pour le salut des âmes des pécheurs.

Pour avoir eu la grâce d’enfanter Jésus Christ, les chrétiens du monde entier lui doivent respect, mais pas de dévotion, ni d’adoration ni de vénération. A DIEU seul soit la gloire pour l’éternité.
Amen!

http://pages.usherbrooke.ca/clsl/vol5no1/ASSANVO_vol5_no1_2011.html

Elle avait prévenu que Laurent Gbagbo ne sera pas le dernier à être transféré la Haye. La Cour pénale internationale(Cpi) n`entend pas renoncer à épingler d`autres acteurs de la vie politique, qu`elle estime avoir commis, pendant la crise post-électorale, des crimes relevant de sa compétence. Dans son viseur, des gros poissons de l`Cour Pénale Internationale : Obama et Sarkozy divisés sur le cas Soro 20120110_linter_4083ex-rébellion, dont la tête est réclamée avec insistance par des Ong internationales. Selon la dernière édition de La Lettre du Continent, datant du 5 janvier, ces organisations souhaitent que le secrétaire général de l`ex-rébellion et Premier ministre Guillaume Soro, soit traduit devant la Cpi. Une idée que ne partage pas du tout le président français Nicolas Sarkozy. Pour Paris, le transfèrement de Soro à la Cpi pourrait avoir des « effets dangereux pour le président Ouattara », rapporte le confrère. La France redoute que la perspective de la comparution de l`actuel Premier ministre suscite des grincements de dents susceptibles de mettre à mal le frais régime de Ouattara. Aussi Sarkozy écarte-t-il toute idée d`engager des poursuites contre Soro devant la Cpi. En revanche le président américain, lui, serait favorable à une comparution du Premier ministre Soro, mais en tant que simple témoin. En visite aux Etats-Unis au mois de décembre dernier, le chef du gouvernement avait pris part à une conférence des pays membres du Traité de Rome (texte fondateur de la Cpi). A cette occasion, il a pris langue avec la nouvelle procureure de cette juridiction, la Guinéenne Fatou Bensouda, avec qui il se serait accordé. Au total, Paris et Washington sont divisés sur le cas Soro, qui semble avoir reçu l`assurance de ne pas connaître le même sort que l`ancien chef de l`Etat Laurent Gbagbo, transféré manu militari à la Haye le 29 novembre 2011. Depuis, ses fidèles et partisans crient à une justice des vainqueurs et réclament mordicus que la Cpi rétablisse l`équilibre en mettant aux arrêts certaines grosses têtes de l`ex-rébellion.
Assane NIADA

Publié le mardi 10 janvier 2012   |  L’Inter

Image de prévisualisation YouTube

 

4
jan 2012

 

Candidature de Youssou N’Dour 3608857-5233147-150x112Youssou N’Dour ne risque-t-il pas sa carrière musicale en s’immisçant sur la scène politique? Telle est la question à laquelle bon nombre d’africains essaient de répondre. En Côte d’Ivoire (pour ne citer que le cas), les élections présidentielles avaient vu à sa participation l’humoriste Dolo Adama, alias Adama Dahico. Après sa défaite à ces élections, cet homme de grande renommée n’a plus remis les pieds sur scènes (en tout cas, jusqu’à présent). La raison est tout simple: son publique regroupait toutes les couches sociales ivoiriennes. 

Troquer son microphone pour la politique est, sans doute, le choix que N’Dour n’aurait jamais du faire. D’autant que ce choix signifie « nécessairement » la fin de sa carrière musicale. Et pour cause, le métier d’artiste est une production sociale qui prend en compte toutes les couches sociale. Nous savons que les problèmes du vieux continent sont d’ordre politique. Qu’il gagne ou perde à ces élections, son publique sera désormais divisé. Sauf, s’il venait à obtenir 100% de voix (mission impossible car n’ayant jamais été réalisée).

Outre, les élections en Afrique sont une sorte de règlement de compte, c’est-à-dire une forêt sauvage. Dans cette forêt, les plus forts dévorent les plus faibles. Puisqu’en politique, tous les moyens (bons ou mauvais) sont utilisés pour affaiblir son adversaire, nous ne pouvons que souhaiter bon vent à l’artiste sénégalais Youssouf N’Dour. 

Image de prévisualisation YouTube


3
jan 2012
Posté dans Non classé par dyhies à 4:24 | 1 réponse »

 

Attribution des autorisations pour la téléphonie mobile de troisième génération (3G) en Côte d`Ivoire

Le Ministère de la Poste & des TechnNTIC Côte d'Ivoire Nabagne_KONE-300x199ologies de l’Information et de la Communication vient de créer les conditions de l’introduction des systèmes de communications mobiles de troisième génération (3G) en Côte d’Ivoire.
En effet, un décret définissant les modalités d’attribution des autorisations d’utilisation de fréquences radioélectriques pour l’établissement et l’exploitation de réseaux de télécommunications mobiles de troisième génération (3G), proposé par M. Bruno Nabagné KONE, Ministre de la Poste & des Technologies de l’Information et de la Communication, a été adopté en Conseil des ministres.
L’impact de la 3G sur la vie sociale et sur l’économie de notre pays sera appréciable. Les opérateurs mobiles pourront fournir de nouveaux services innovants de qualité, aux consommateurs. Contrairement à la téléphonie mobile de deuxième génération (2G), qui permet une transmission en mode circuit avec des débits peu élevés, celle de troisième génération (3G), permet des débits de transmission élevés en mode paquet, qui assurent une meilleure qualité de service. Ainsi, la 3G permet de fournir aux utilisateurs des services de communications mobiles à haut débit, incluant notamment la visiophonie, la visioconférence, la messagerie multimédia, le transfert de fichiers de grande taille, la géolocalisation, etc.
L’attribution des autorisations d’utilisation de fréquences radioélectriques pour l’établissement et l’exploitation de réseaux de télécommunications mobiles de troisième génération (3G), ouverts au public, se fait par appel d’offres, selon le mode de soumission comparative. La contrepartie financière à l’octroi de l’autorisation 3G est fixée par décret.
Identification des abonnés aux services de Télécommunications
Le Ministre a aussi communiqué sur le décret portant identification des abonnés aux services de Télécommunications ouverts au public a été adopté en conseil des ministres. Ce décret vise deux objectifs principaux :
- faciliter la prévention et la répression de l’usage délictueux des services de télécommunications par l’identification de tous les utilisateurs, notamment ceux de la téléphonie mobile et de l’Internet.

- maitriser le fichier nominatif des abonnés, tout en garantissant le respect de la vie privée des utilisateurs des services de télécommunications
Le décret portant identification détermine les droits et obligations des opérateurs tous comme ceux des abonnés.

Publié le mardi 3 janvier 2012   |  Ministères

Après 10 ans de crise militaro-politique, la Côte d’Ivoire va entrer dans une autre phase critique de son histoire : jouer le rôle d’un nouveau pays, à moralité acceptable. Dépasser la prérogative des hommes politiques belliqueux et haineux. Il faut sauver la Côte d’Ivoire des orages et des tempêtes politiques, de la guerre imposée, pour asseoir une bonne image indispensable au sein des institutions africaines, et bien calibrée sur l’échiquier international. Pour ce combat, la Côte d’Ivoire actuelle, a besoin d’un gouvernement de maturité acceptable et d’un Premier ministre de rigueur, compétent et intelligent. Un Premier ministre qui connaît les dispositions institutionnelles de la Côte d’Ivoire et celles du développement. Si Alassane Ouattara ne trouve pas les hommes qu’il faut pour former un gouvernement d’efficacité d’une vingtaine de ministres la première victime qui s’enlisera dans la médiocrité sera le chef de l’Etat lui-même. Soyons honnête : après 50 ans d’indépendance, il faut à la Côte d’Ivoire un gouvernement responsable dont le rayonnement économique ne se dilue pas dans les hésitations, les emprunts et crédits extérieurs. Tout le monde sait que la Côte d’Ivoire, premier pays producteur mondial du cacao, est menacée par des querelles inutiles entre négociants, chocolatiers et producteurs. Et comme personne ne veut qu’on parle de la dévaluation du Franc Cfa, que peut faire la Côte d’Ivoire, seul moteur de l’Union monétaire Ouest Africaine dans une telle tempête économique ? Qu’on ne se trompe pas : la tournée de Christine Lagarde, Directrice du Fmi, est un avertissement… Et dans cette bataille d’incertitude monétaire, la Côte d’Ivoire a besoin d’un gouvernement responsable des ministres qui savent parler aux autres, des ministres compétents, associés à des propositions, qui feront avancer les ‘’dossiers brûlants’’ de la Côte d’Ivoire. Je veux tout simplement dire qu’il faut sauver la Côte d’Ivoire convalescente… mais pas totalement guérie, affaiblie par des actions historiques de guerre inutile, depuis le 19 septembre 2002. A mes yeux, les institutions républicaines sont encore fragiles. Il y a de la lourdeur politique, toujours une alternance inachevée, depuis le décès de Félix Houphouët-Boigny en 1993 et le coup d’Etat de 1999 contre Henri Konan Bédié. La Côte d’Ivoire a besoin d’hommes politiques compétents, dans des dispositifs institutionnels respectés. Je me souviens du rejet de l’article 11, qui faisait d’Henri Konan Bédié le successeur constitutionnel de Félix Houphouët-Boigny. Personne n’a pris au sérieux ces ‘’alertes’’ des hommes politiques en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire est entrée dans une phase critique, avec le même cahier de charge politique, économique, notamment avec les mêmes mécanismes difficiles de régulation. Ceux qui étaient à l’opposition à l’époque, et qui critiquaient à tout vent, les actions économiques de Laurent Gbagbo sont eux-mêmes confrontés aux mêmes mécanismes de régulation : comment aboutir à un budget fiable, aux normes de l’Union économique monétaire ? Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire veut une gouvernance sans reproche et faire fonctionner l’autorité de l’Etat. Mais avec qui ? Toutes ces questions fondamentales doivent être résolues avec un gouvernement responsable et des ministres courageux, moins bavards. Des ministres et des hommes politiques qui respectent les lois fondamentales, un chef d’Etat au-dessus de tout soupçon tribal, ou ethnique. Une armée fortement institutionnelle, mobilisée contre toutes formes de gestion de l’Etat, dans toutes ses structures. En tout état de cause, la Côte d’Ivoire qui a saigné par la guerre n’a pas encore imposé à l’opinion ivoirienne, une image de stabilité : personne ne dit la vérité. Les Ong, la société civile. Les hommes en armes manquent de savoir-faire. Les dignitaires religieux se heurtent aussi à la vérité. Je conseille à Alassane Ouattara, de doter la Côte d’Ivoire d’un gouvernement de moralité acceptable et d’un Premier ministre compétent. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire n’a plus besoin de promesses, de spectacles, … mais de crédibilité et de rayonnement. Le temps des ministres militants et des récompenses est fini. On veut retrouver certes le politique Ouattara devenu président, mais surtout le technocrate, qui fut premier ministre.
Par Ben Ismaël

Publié le lundi 2 janvier 2012   |  L’intelligent d’AbidjanChronique diplomatique / Côte d’Ivoire : Il faut un gouvernement de moralité acceptable…, rigoureux et compétent 20120102_linteligeantdabidjan_2429-222x300

123

Juste un mot pour le dire |
Ame Divine |
lapage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mariatokyo
| le chapiouasulie racconte l...
| idées en liberté